Deux têtes quatre mains: un recueil de poésie
Nous l’avions quitté l’année dernière le poète de l’instant présent : Aurélien Di Sanzo. Notre poète n’a pas chômé puisqu’il a pu exposer au salon du livre à Paris (voir les articles de presse) et également dans celui de sa ville d’origine Triel au mois de janvier. Ensuite dans le cadre du printemps des poètes à Verneuil sur seine deux poèmes d’Aurélien ont été lus.

« Ces salons ont été une très belle expérience. Ils m'ont non seulement permis d'aller à la rencontre de mon public mais également de découvrir d'autres auteurs dont des jeunes talents. Il est très important de ne pas se sentir seul ou isolé dans l'écriture. J'ai eu le sentiment de rencontrer une petite famille qui me suit et m'accompagne avec bienveillance. »

Nous le retrouvons cette année avec une surprise. Le défi était de taille mais le résultat est là : un nouveau recueil de poésie écrit…à quatre mains. Qui est donc le mystérieux collaborateur d’Aurélien ? Comment l’idée a-t-elle pu germer ? Tout commence par des rimes et un zeste d’amitié !


-Le poète de l’ombre

Pour ce recueil Aurélien Di Sanzo à fait équipe avec un poète de l’ombre. Ils sont nombreux comme lui à écrire avec passion et à garder leurs œuvres pour eux. Ce poète de l’ombre c’est Alexis Canonne

Un jeune normand, grand passionné de lecture que ce soit des essais, philosophie, sociologie, les classiques de la littérature grecque et romaine et enfin la poésie ; Baudelaire, Toulet, Lamartine…

Attiré par le courant romantique cela se ressent dans sa façon d’écrire, son attrait pour la métrique et les règles de versification même si, selon lui, cela ne se ressent encore guère dans le recueil qui présente des textes précoces.

Alexis a travaillé ponctuellement pour un éditeur, notamment à l’occasion du Marché de la Poésie à Paris. Actuellement il prépare un recueil personnel qui devrait sortir courant 2018.


-La naissance d’un projet

Le projet est né début 2017 et s’est étendu jusqu’à fin juin 2017. Il est né d’une amitié et d’une envie d’écrire. Ont suivi quelques échanges et…une idée est apparue !

« Un système de miroir/reflet permettant de mettre les deux écritures en regard… »

La collaboration s’est bien déroulée mais une difficulté de taille s’est très vite présentée : la distance. Il faut bien le reconnaitre malgré les nouvelles technologies parfois rien ne vaut le face à face. Pourtant grâce à Google doc, du temps, de nombreux débats, de la patience et surtout de la volonté nos deux jeunes poètes ont finalisé un bel ouvrage :

« Se taire dans le silence d’un bruit »


-Pourquoi écrire à quatre mains ?

Alexis : « Pour rendre l'écriture -travail essentiellement solitaire- collective ; pour se confronter ; pour s'améliorer ; pour... essayer ! Car... pourquoi pas ? »

Aurélien : « je rajouterai, pour se donner mutuellement confiance et s'offrir un jeu de miroir, pas seulement dans les textes, mais au-delà même de l'écriture : avoir un avis immédiat de l'autre, générer un sentiment, est très important et aide à avancer. Souvent, le plus dur en écriture, est de rester enfermé dans une solitude pesante avec ses textes : on ne les partage pas avant publication et à la fin, on ne sait plus quoi en penser. Le regard de l'autre offre une forme de recul immédiat qui est réellement intéressant et enrichissant. »

Un homme qui écrit dans la solitude de son antre tel est la définition du poète. Ecrire à quatre mains fait éclater ce mythe, le résultat est audacieux !

La sortie est prévue le 13 septembre 2017 et voici un avant-goût de ce qui vous attend au sein de l’ouvrage.
Pour commander l'ouvrage cliquez-ici!


Critique du recueil « Se taire dans le silence d’un bruit » réalisée par Neige de mot


 
« Se taire dans le silence d’un bruit » dès le titre le ton est donné. L’effet miroir et reflet, des contraires qui s’entrainent et ripostent dans un maelstrom de rimes, de prose et de talent.

Une couverture grise, neutre pourrait-on même dire si ce n’est le curieux motif blanc, arrondi, presque abstrait comme la poésie.

Les premières pages nous entrainent dans une partie de ping-pong endiablé ou les rimes se croisent, ricochent et reviennent. Il y a des textes courts, d’autres plus longs, des rimes et de la prose tout cela crée une dynamique et déjà la moitié de l’ouvrage a défilé.

La suite est plus reposante. Une partie est dédiée à la poésie d’Alexis et l’autre à celle d’Aurélien. Cela nous donne l’occasion de se poser, de s’immerger plus lentement dans les textes, les décortiquer et les laisser nous pénétrer. Nous pouvons ainsi y trouver une pépite humoristique : « Recette pour un bon poème ». De l’émotion bien sûr dans « Le présent à l’heure bleue » d’Aurélien Di Sanzo ou j’ai retenu ses deux dernières rimes particulièrement frappantes :

« Ils ont inventé le temps pour récupérer nos vies
Je voudrais le détruire pour inventer la mienne »

 
Alexis a dans l’ensemble une poésie beaucoup plus concise. Les mots choisis vraisemblablement avec un soin pertinent touchent directement l’émotion. Il m’a marqué par un court texte nommé simplement « Déesse ». Il dénote l’éphémère car rien n’est éternel.

« Grimbosq » est un poème qui m’a interpellée. Relu j’ai découvert que son sens m’avait échappé ce qui aurait été dommage car il révèle l’importance de ce qui nous échappe accaparé comme nous sommes par la routine. Aveugles à la magie de l’instant caché dans un feuillage ou à nos pieds mais qui ne demande qu’à nous émerveiller.

Mais n’est-ce pas cela la poésie ? Un art aux multiples facettes que nous pouvons découvrir à chacune de nos lectures.

Et puis il y des textes ou j’ai moins accroché « les heures suspendues » d’Aurélien m’a laissé de marbre. Ecrit en vers libres j’ai eu du mal à aller jusqu’au bout de chaque phrase tout simplement. «Violence» d’Alexis m’a laissé perplexe tant je n’ai pas spécialement compris ou il souhaitait en venir. Des mots formant des phrases qui de mon point de vue n’avaient ni queue ni tête. En somme trop obscur.

Certains ne seront pas de mon avis mais c’est aussi cela la magie de la poésie un art que chacun s’approprie et apprécie à sa manière.


-Et demain ?

Alexis nous a déjà fait part de la sortie prochaine d’un recueil personnel composé d’une centaine de textes prévu en 2018.

Aurélien lui nous révèle qu’il a entamé l’écriture d’un roman. Changement total de registre ! Décidemment Aurélien aime les défis !

« L'écriture est à environ 50% et j'en suis très satisfait. »

Ainsi leur route se sépare…pour le moment. Mais l’amitié reste ainsi que l’expérience forgée durant ses mois de collaboration, de doute et d’entraide.

Peut-être renouvelleront-ils l’expérience ? Qui sait ?






Ajouter un commentaire à cette page:
Ton nom:
Ton message:

 
Publicité
 
 
Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (3 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=